Accueil > Actualité > Saison Rallyes 2009 > Rallye de l’Ain

Rallye de l’Ain

Bonsoir a tous,

Nous voici rentrés de Cerdon, superbe petite ville dotée d’une spécialité de vins pétillants délectables. Il nous en a fallut un peu pour surmonter les déceptions d’un week end fertile en soucis.

Tout d’abord, le travail de réglage des établissements Fournalès n’a put être tester. Le livreur n’a pas trouvé l’atelier !!!!!! Perdu dans le massif central, poursuivi par les loups, il a préféré regagner son dépôt sans livrer ! Le travail de toute une équipe réduit a zéro !

Passant la dessus, nous sommes partis vendredi matin, Sandrine et moi, pour l’Ain. La moto équipée d’un amortisseur standard d’occasion. Bonne route facile jusqu’à Cerdon. La bas, contrôles administratifs et techniques sans problèmes. Juste une ampoule grillée au feu arrière, en arrivant au contrôle, évidement. Passage au sonomètre, la belle est une des plus discrètes du paddock, et nous recevons tous les stickers nous autorisant a mettre la moto au parc fermé.

JPEG - 52.5 ko

Max arrive vers 20h30, après avoir récupéré la Jivarette. Entre 17h et 20h30, nous avons tué le temps en compagnie des sidecaristes, au bar d’abord, puis dans une des nombreuses caves de Cerdon. Deux des fils du vigneron participent au rallye. Quand Max arrive, l’ambiance est, disons ’chaleureuse’ ! La course reprend ses droits, et Max part avec Sandrine, en Scudo diesel, pour un embryon de reconnaissance. Retour a 22h, petit débriefing, repas léger et au lit.

Le samedi matin est maussade. il a plut a verse toute la nuit. Le temps se lève vers 10h, et vire a l’orageux tout de suite. Nous passerons la journée subir un orage violant toutes le deux heures. La grêle arrachera même une des plaques numéro de la Voxan sur le routier. A cause de la météo, le départ se fait avec une heure de retard, il a fallut retirer des pierres qui étaient tombées sur le parcours des spéciales !

JPEG - 42.3 ko

Max part vers 11h30. Pour un premier tour prudent, suite a l’absence de reconnaissances. La boucle se déroule correctement. Conditions très difficiles, sur un parcours très sélectif, rendu très piègeux par la météo exécrable. Il est déjà 46èmè au général, hors pénélités. Ce qui veut dire que des pilotes placés devant lui ont en fait du retard et seront classés derrière au final. C’est un très bon début, caractéristique de Maxence qui gère toujours très bien son effort. Il me parle de passages très ’limite’ a cause des orages en montagne. Il a mémorisé ces points pour assurer le routier.Assistance rapide, de l’essence, car la boucle est longue, 150kms, et c’est reparti.

Deux heures après, les premiers partants arrivent au pointage avant d’aller a l’assistance longue de préparation a la boucle de nuit. Nous préparons le point d’assistance, béquile, outillage, graisse a chaîne, bidons d’essence avec entonnoir et extincteur paré. Le portable de Sandrine sonne au moment ou nous nous disions qu’il avait un peu de retard. J’entends Sandrine dire : Tout va bien, mais la moto ne marche plus, d’accord, nous arrivons’. Nous sautons dans le camion, Sandrine confirme ce que j’ai compris. Max est tombé, il n’a rien (OUF !!!!), mais c’est fini pour aujourd’hui.

Nous le trouvons, dans la dernière partie de la seconde boucle. Il n’a effectivement aucun problème physique, c’est tout ce qui compte. La Black est moins brillante. La moto est partie des deux roues sur un torrent d’orage qui traversait la route, elle même en descente violente. Les pneus ont raccroché après la veine d’eau et la moto a éjecté Max et est passée sur le toit ! Tête de fourche, guidon, bocal de frein avant arrachés. Mais surtout, tableau de bord éclaté. Avec toute l’électronique de gestion moteur qui passe dedans. Il a pourtant vaillamment redémarré, et fait fonctionner la machine un dizaine de kilomètres. Mais la coque est explosée, et la pluie l’a inondé. On ne peut pas demander l’impossible. Les fonctions diverses se mélangent, et le redémarrage impossible. C’est l’abandon.

JPEG - 49.5 ko

Nous rentrons au parc, prévenons la direction de course, et commentons la chute avec les concurrents en assistance. Les sidecaristes qui se sont arrêtés (en pleine course !) pour aider Max a remettre la moto sur la route me disent avoir fait le travers du siècle sur cette veine d’eau (avec trois roues est des pneus racing auto !!) qui a quintuplée entre les deux boucles. Ils seront sept en tout, a tomber au même endroit.

JPEG - 57.4 ko

Tout le monde est déçu, nous bien sur, mais aussi les autres participants, qui viennent prendre des nouvelles, et également les courageux qui sont restés en spectateurs et qui ont chaleureusement applaudi la Voxan a chaque occasion. Bruno et Francky restent la seule Voxan sur cette course. Ils sont en train de nous faire une magnifique saison.

Les Voxan font de plus en plus parler d’elle. Et les pneus Avon commencent a convaincre, Je n’étais plus le seul dans cette marque sur le paddock. Les perfos de la Black d’AMC prouvent le bien fondé de ces choix de technique de construction et de cette monte de pneus. Retour dans la nuit, et aujourd’hui, lavage et inventaire précis des dégàts. Il y a du pain sur la planche (normal, Max est boulanger) et l’Ultimate Rallye est dans trois semaines.

Au travail !!!

Jivaro.